Check-liste sac à dos Delta du Danube


Ca y est..le départ pour le Delta du Danube s’approche et tu demandes peut-être que mettre dans ton sac à dosafin de profiter au maximum de ton voyage ?

Mon sac à dos pour un voyage au Delta du Danube

T’enquêtes, je suis là pour t’aider.

J’attends le moment des préparation de mon sac à dos depuis que j’ai acheté mon billet d’avion ( et ça fait déjà 3 mois). Et oui je suis impatiente de retourner chez moi!

Préparer une visite du Delta c’est déjà anticiper le plaisir qu’offre cette endroit naturel. Voilà une petite check liste à cocher avant de préparer sac à dos.

  • Météo, ton meilleur ami: n’hésitez pas à faire un point précis sur la météo. Je vous conseille de prendre en compte les températures minimales et maximales auxquelles vous devrez potentiellement faire face. Surtout si vous comptez partir en fin d’été pour un voyage plutôt ornithologique quand il peut faire un peu frais au delta ou plein été quand il fait assez chaud.
  • Cach money ( il est possible d’échanger EUR dans la ville de Tulcea avant de partir au delta)
  • Cartes & guides & les conseils de voyage que t’as déjà trouvé sur mon blog
  • Carnet d’adresses (mail & poste) – n’oublies pas m’envoyer une carte postale lors de ton passage à Tulcea;) J’adore recevoir des cartes postales!

    Check-liste sac à dos Delta du Danube

    Check-liste sac à dos Delta du Danube

  • Dictionnaire Français / Roumain ou Anglais / Roumain
  • Appareil photo / caméra / trépied ( pour revenir avec le plus beau couché/reveil du soleil, les plus beaux oiseaux au monde et des paysages époustouflantes)
  • Clé USB + Chargeur appareil photo + cartes stockage + objectifs + pare-soleil + housse protection appareil photo + piles + trépied photo ( attention au sable! )
  • Jumelles ( si tu ne veux pas rater les oiseaux vedettes du delta)
  • Téléphone + chargeur
  • Trousse de premiers soins / Médicaments pour le voyage ( je ne vois pas des raisons pour tomber malade, mais un Doliprane et des médicaments pour insolation seraient indiqués + les classiques pansements, ciseaux, compresses stérilisées, bandes de tissu élastique, solution antiseptique, laxatif analgésique, comprimés contre les troubles gastro-intestinaux, etc) Pour gagner de la place, supprimez les boîtes.
  • Chasse-moustique / anti moustique en crème ( les moustiques ne seront pas si accueillants que les roumains donc mieux les éviter: mieux les acheter en France ou à Tulcea car au Delta tu risques de tomber sur rupture de stock étend donné le flux de touristes).
  • Solution à base d’alcool pour nettoyer les mains / Serviettes humides / Gel main sain rinçage
  • Mouchoirs & PQ
  • Brosse à dents + dentifrice + cotons-linge + coupe ongle + déodorant + gel douche / shampoing + serviettes hygiéniques + rasoir mousse etc.
  • Pochettes plastiques
  • Chapeau / casquette soleil ( je ne veux pas que tu tombes malade à cause d’une forte chaleur)
  • Chaussettes longues ( utiles pour explorer la foret de Letea)

    Check-liste sac à dos Delta du Danube

    Check-liste sac à dos Delta du Danube

  • Chaussures de marche ( utiles pour la zone aride comme la foret de Letea: les chaussures de marche vont t’assurer la protection contre le sable extrêmement chaud)
  • 1 paire de sandales
  • Chemises rando / T-shirts
  • Cape de pluie / Coupe vent
  • Gourde ou poche à eau
  • Couteau / pince multi-usage
  • Lampe de poche / lampe frontale ( indispensable pour parcourir la route vers la plage de Sulina en plein nuit, explorer la plage)
  • Maillot de bain ( INDISPENSABLE)
  • Pantacourt
  • Pantalon 3 en 1
  • Polaire ( et oui pour des nuits frais sur la plage, tu veux pas avoir froid en regardant le plus étoilé ciel du monde)
  • Sac à dos pliable petit super léger
  • Sac de couchage ( au cas où tu décides de passer la nuit sur la plage en attendant le lever du soleil – dans ce cas là n’oublies pas que le ferry pour retourner à Tulcea partes à 07h00: trajet plage – village Sulina – quai du ferry entre le lever du soleil et le départ du ferry: essayé et prouvé, à condition que ton sac à doit soit déjà prêt. Mais en Roumanie les gens sont tellement accueillants qu’ils attentent memes les touristes retardataires qui ont passé leur dernière nuit sur la plage).
  • Vêtements chauds
  • Lunettes de soleil
  • Serviettes
  • Déodorant + gel douche + shampoings format voyage
  • Cadenas à code + pochette secrète
  • Crème hydratante + crème protection soleil + crème après soleil
  • Lecture / carnet de voyage
  • Passeport / Carte d’identité ( il n’y a pas besoin de visa pour entrer en Roumanie)
  • Documents de réservation

…et surtout n’oublies pas tes tickets d’avion, les étiquettes de bagages ainsi que votre perche à selfie!

Il faut surtout ne pas attendre la dernière minute pour préparer son sac à dos…comme moi qui préfère de vivre ce moment en dernière minute, dormir moins et me réveiller aussitôt possible pour partir au plus vite. Aiie , l’impatience ;))

Maintenant n’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires, profitez-en; je suis sûre que vous en avez!

A très bientôt,

Giorgiana-Lucia

Check-liste sac à dos Delta du Danube

Check-liste sac à dos Delta du Danube

L’encyclopédie du savoir-faire culinaire


Savoir-faire culinar.

 

Aujourd’hui nous voyageons dans la gastronomie traditionnelle du Delta du Danube à travers le blog http://deltagastronomia.wordpress.com . Je ne peux que vous dire, mes amis : bon appétit! Dommage pour mes papilles gustatives qui ont commencé déjà rêver et qui sont trop loin du Delta…

A très bientôt!

Des cuisines et des ustensiles


Bucătării şi instrumentar culinar.

Il ne faut pas avoir une cuisine moderne pour bien cuisiner. Au Delta du Danube, les plats les plus savoureux à base poisson sont cuisinés dans des cuisines simples, à l’aide des ustensiles anciennes! Et je vous assure, c’est là qu’on trouve le meilleur goût ! Impossible de comparer un bors de poisson cuisiné sur une plaque à induction et un bors de poisson cuisiné à base de l’eau du Danube, au bord du Danube, au feux du bois. Aujourd’hui, petite introduction dans les coulisses des habitants du Delta du Danube, dans leur cuisines. Une galerie de photos réalisée par http://deltagastronomia.wordpress.com/bucatarii-si-instrumentar-culinar !

A St. George, le film c’est le film !


Information importante pour ceux qui ont déjà prévu d’aller à St.George pour le festival ANONIMUL: malheureusement le festival sera organisé cette année à Bucarest, car le camping est en rénovation!

http://www.info-delta.ro/blog/festivalul-international-de-film-independent-anonimul-2014-la-bucuresti/

Le Festival Anonimul. Crédit photo: Alexandra B.

Le Festival Anonimul. Crédit photo: Alexandra B.

Vous l’avez bien compris: le Delta du Danube est magique. Se sentir au bout du monde, loin de civilisation, oui c’est possible! Mais il n’y a pas que les oiseaux, les canaux d’eau, les villages de pêcheurs et les habitants qui contribuent à la magie de ce lieu. Imaginez-vous en regardant un film sur un géant écran en pleine nature, les pieds dans le sable…ah, et de la musique live!

Depuis 2004, le village St. George du Delta accueille le Festival International du Film Indépendant ANONIMUL ( L’Anonim ), un festival organisé sur le sable, pour un seul public VIP – les grands amoureux du cinéma. Qu’ils soient des touristes ou des cinéphiles, tout le monde prend le bateau pour arriver aux coeurs de eaux, à St. George.

Crédit photo: Alexandra B.

Liberté. Crédit photo: Alexandra B.

Certains d’entre eux retournent ici chaque année. Par exemple, pour Alexandra B,  aller à Sf. George est devenue une tradition: « chaque année, j’ajoute à mon journal des histoires sur des hommes et des lieux. Un lieu dont j’aurai toujours envie c’est Sf. George, où non seulement se rencontrent le Danube et la Mer Noire mais aussi les grands amours: la nature et l’être humain! La nature sauvage, le pélican sans ses lunettes de soleil, la plage vierge sans des boutiques , le sable est tellement fin… T’auras tout ce qu’il te faut pour écrire, pour filmer, pour être heureux, pour rire, pour contempler les gens autour de toi. Le film est film à Sf. George! « 

Le festival est organisé dans le cadre du Complexe Green Village  : vous pouvez trouver de l’hébergement au Complexe Green Village, au Dolphin Camping ou dans votre propre tente, car vous avez la possibilité de camper! N’oubliez pas de vérifier les horaires des bateaux avant de planifier votre voyage !

Serez-vous cet été à Sf.George, du 11 au 17 août,  pour la 11 édition du Festival International de Film Indépendant « L’Anonim » ANONIMUL ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Au coeur des eaux à St.George


Crédit photo: Alexandra B.

Crédit photo: Alexandra B.

Loin du tourisme de masse, l’ancien village de pêcheurs St. George (Sfântul Gheorghe) est la dernière commune du bras St.George. Situé sur la rive gauche du bras, près de l’embouchure du Danube dans la Mer Noire, il est accessible par le bateau. Avant de planifier votre voyage, n’oubliez pas de vérifier les horaires des bateaux Situé à l’extrémité Est de Tulcea, St.George est à 120 km de Tulcea et à 35 km de Sulina. On y accède par les ports de Tulcea ( Tulcea – St.George 4h), Mahmudia (Mahmudia –  St.George 2h30) ou Murighiol (Murighiol – St. George 2h ), situés sur la route départementale DJ22C à environ 30-40 km de la ville de Tulcea.

En fait, c’est un des villages du Delta le plus facilement accessible en voiture car on peut le suivre par la route jusqu’à Murighiol d’où vous pouvez louer une embarcation privée (le grand bateau « passager » ne fait pas escale dans ce port) et Dunavat. Quant à la liaison avec la ville de Sulina,  cela est possible tant par la voie des eaux que par la route.

Donc, aucun raison de ne pas vous rendre à St.George cet été…

Sur la carte du genovois Visconti, de 1318, parmi les centres economiques importantes de la région Dobrogea, est mentionée la commune „SAN–GIORGIO”, l’actuel village St. George. Selon une légende locale, un navire ottoman de guerre, ayant à bord un pacha, est arrivé au village le jour même de la fête de Saint George. Les villageois chantaient pour célébrer le saint et ainsi le pacha a nommé le village „Katarlez”, signifiant „Saint George” en turque.  L’actuel village comprend les descendants des pêcheurs refugiés de Russie, au temps de l’empératrice Catherine la Grande, par peur du sérvice militaire obligatoire, qui durait 25 ani à l’époque. Les habitants sont originaires d’Ukraine, de réligion ortodoxe de rite ancien et sont connus du nom de „haholi”. Le terme “hohol” signifie une méche de cheveux au sommet de la tête rasée, selon la coutume des tatares de la Horde d’Or. Les „haholi” se sentent lésés si on les appele „lipoveni”, comme on appele les autres habitants d’origine russe de la région.

La plage de Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

La plage de Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

Peuplé de seulement 1000 habitants, le village possède une plage de sable unique et un phare de plus de 50 m de hauteur. Les maisons traditionnelles du Delta, l’église et les rues étroites contrastent avec les nouveaux aménagements du village, qui devient peu à peu une vraie station touristique. Vos hôtes vont toujours vous faire découvrir les petits canaux du Delta en barque à rames, la richesse ornithologique, les specialités à base du poisson, leurs histoires de vie…

Pour s’héberger, vous avez plusieurs choix: les logements chez l’habitant, les chambres d’hôte de charme et des hébergements 4* pour ceux qui souhaitent avoir tout le confort. La plupart des touristes choisissent le camping du village: vous pouvez installer votre tente ou loger dans les petites maisons. Le camping construit dans le respect de l’environnement et de l’architecture traditionnelle s’intègre complètement au paysage : les maisons sont construites en bois et les toits en roseaux. Situé aux abords du village, c’est le plus proche hébergement de l’embouchure du Danube dans la Mer Noire.

Malgré tout les nouveaux aménagements touristiques, l’authenticité de St.George résiste encore et attire de plus en plus des touristes. 14 km de plage sauvage où coexistent les touristes venus de tous les coins du monde, les bovines des paysans et les chevaux sauvages vous attendent pour vivre des moments loin de civilisation, loin du monde, au coeur des eaux. Cette plage descend en pente douce et il existe une zone sure pour le bain des plus petits. Un sentiment de liberté et relaxation. Quelle plaisir de se baigner dans les eaux peu profondes du Danube à l’embouchure dans la Mer Noire. En quelques minutes tu seras dans la Mer Noire. Dépaysement total assuré surtout si tu resteras sur la plage pour regarder le plus beau et sincère coucher du soleil.  

Le coucher du soleil à Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

Le coucher du soleil à Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

 

La pêche est la principale activité économique du village: St.George est connu dans tout le pays pour la pêche aux esturgeons. Le caviar local ( icre negre ) est réputé, mais une grande partie étant exportée, il vous sera sans doute difficile de l’apprécier. Les esturgeons se font de plus assez rares et l’on efforce de repeupler le delta grâce à l’élevage. Au sud du village, se trouve la grande réserve de Sf.Gheorghe Palade – Perișor – Zătoane et l’île Sacalin. Elle se caractérise par ses dunes et bancs de sable, ses lacs isolés, ses marais et par la richesse de sa faune  (pélicans, aigrettes, cygnes, spatules ). 

Le caviar ( icre negre)

Le caviar ( icre negre)

 

Je suis sûre que vous allez laisser une partie du votre coeur à St.George, car les beaux paysages du Delta, le coucher du soleil, le ciel étoilé, le beau bronze, les amitiés liés avec les chevaux sauvages sur la plage n’auront pas du prix !

Si toi aussi t’aime la nature sauvage, si t’aime te baigner parmi les dernières chevaux sauvages de l’Europe, dans une Réservation de la Biosphère, je t’attends à St.George !Pas encore convaincu?

Si je te dis qu’un festival de cinéma international s’organise chaque année en août, t’aurais envie de venir? Voilà pourquoi il faut suivre ce blog  😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Keep calm and visit Danube Delta


Keep calm and visit Danube Delta

Keep calm and visit Danube Delta!
Photo background: Mihai Baciu

Sulina, hors des sentiers battus V : objectifs touristiques


Il semble que vous avez déjà trouvé votre hébergement à Sulina…Si vous avez choisi de dormir chez l’habitant, ce soir vous allez manger un bon poisson qui a été surement pêché par votre hôte.

A Sulina, pas besoin d’avoir un guide touristique pour visiter la ville. Mais si vous avez la chance de parcourir la ville qui reste essentiellement rurale ( c’est là que je trouve son authenticité) avec un habitant, n’hésites pas!

La plage de Sulina

La plage de Sulina                                   Crédit photo: archive personnelle

Car en dehors de sa plage sauvage, Sulina, la seule ville du Delta, cache un mélange de modernité et d’ancien. L’historie est présente partout: dans les immeubles, dans les maisons anciennes, dans les rues, dans les différentes styles d’églises…

A vous de le découvrir ! Pour vous aider, voilà un petit aperçu des objectifs touristiques de Sulina.

Plus besoin de vous parler de la plage qui garde encore un caractère sauvage et où vous allez trouver surement une place sur le sable fin! Concernant le transport, des mini bus effectuent des allers-retours entre la ville et la plage ( plusieurs stations possibles, selon les pensions touristiques et selon le désir du touriste). Pour les fêtards, des taxis sont disponibles à les amener dans la ville durant la nuit ou la journée. Il y a des chambres d’hôtes qui proposent leur propre moyen de transport, pour aller un peu autrement à la plage: par exemple, en calèche: rustique et écologique.

Considérée comme étant « la première capitale Européene » par certains représentants locaux, Sulina a connu son âge d’or: imaginez-vous une ville cosmopolite:  les rues pavés, les habitants allant au théâtre, les navires dechargeant sous l’oeil des négociants de céréales…

L’époque d’or de Sulina nous a laissé comme témoigne l’ancien siège de la Commission Européenne du Danube (CED), chargée du développement de cet axe de navigation. Un Palais construit dans le style néoclassique situé sur la première rue (Str.I). Celui nous rappelle la ville d’autrefois.

Le Palais CED, Sulina

Le Palais CED, Sulina. Copyright: Djccpcn Tulcea

La CED a eu un rôle extrêmement important, car elle a défini les règles de navigation moderne en matière de mesure de la capacité des navires ou de signalisation. Bombardé durant la Premiere Guerre Mondiale, l’immeuble a été rénové. Construit en forme d’U, l’edifice a accueilli en outre, la Capitainerie du Port de Sulina. A présent, le siège de la Commission Européenne abrite désormais l’Office Roumain pour la navigation sur le Danube.

Toujours dans la même période, des Danois, des Italiens, des Indiens, des Polonais, des Allemands, des Arméniens, des Anglais construisent à Sulina, leur écoles et leurs églises. C’est pour cette raison que le port franc situé au kilomètre zéro du Danube, comptait des églises anglicanes, catholiques et grecques, une mosquée ( la mosquée a été detruite) et une cathédrale orthodoxe. Des influences européennes qui nous fait penser au passé cosmopolite de la ville quand les négociants turcs, grecs, allemands, français, lipovènes russes et cosaques ukrainiens étaient présents à Sulina.

Eglise Orthodoxe Saint Nicolas

L’Eglise Orthodoxe Saint Nicolas, Sulina                                       Crédit photo: archive personnelle

Connue comme étant la « Ville aux quatre phares », Sulina compte donc quatre phares.

Le plus ancien phare dit le phare d’atterrissage, se trouve à l’intérieur de la ville: construit entre 1869-1870 par les ingineurs anglais Hartley et Enghelhardt,  le phare était la propriété de la Commission Européenne du Danube.  Il a été transformé en musée où on peut voir le cabinet de travail de l’écrivain et navigateur Eugène Botez connus sous le pseudonyme littéraire de Jean Bart. Au rez de chaussée, une salle est entièrement dédiée à la « Commision du Danube ». Une belle vue de Sulina vous attend en haut du phare qui mesure 17m34.

Le vieux phare. Crédit photo: Archive personnelle

Le vieux phare de la digue Nord.                  Crédit photo: Archive personnelle

 Le vieux phare de la digue nord ou de la rive gauche (13.7 mètres) a été construit en 1887: à l’époque, il diffusait son signal optique à huit miles, un vrai « flambeau de vie » pour les navires qui entraient et sortaient du bras de Sulina. Malheureusement, les travaux d’allongement dans la mer des digues qui ont commencé en 1992, ont mis fin à l’utilisation de ce phare. Aujourd’hui il est encore sur ses pieds, mais on sait pas pour combien de temps! Espérons qu’il sera réhabilité, car ce témoin de l’histoire maritime de la ville de Sulina offre une belle vue depuis sa coupole, au cas où vous pouvez y accéder, mais attention, car ses échelles de fer ne tiennent pas trop…

Le troisième phare, situé au digue sud est le plut petit avec une hauteur de 11.6 mètres. Construit en métal, il a été disloqué de son emplacement original en 1922 pour la construction du prolongement de la digue sud. En 1990, on a remis ce phare a son emplacement original pour rendre au paysage son authenticité d’autrefois. Quant au nouveau phare construit à l’extrémité de la digue sud du canal de Sulina, celui culmine à 48 m. C’est une construction moderne de béton dont le foyer porte à 19 miles en mer.

Un autre objectif touristique peut être la Tour de l’eau, qui reste aujourd’hui un monument en très bon état. La date exacte de la construction est inconnue, mais il semble que durant la Seconde Guerre Mondiale, l’armée allemande a essayé de la détruire: ils n’ont réussi dissiper que la partie haute de la tour.

Le cimetière maritime de Sulina. Crédit photo: http://catanegru.blogspot.fr/2008/09/cimitirul-maritim-din-sulina.html

Le cimetière maritime de Sulina.                                             Crédit photo: http://catanegru.blogspot.fr

Impossible de quitter Sulina sans visiter le cimetière marin et parcourir les carrés anglicans, catholiques, orthodoxes (pour les Grecs, les Roumains et les Lipovènes) musulmans et juifs. Un cimetière surprenant, car des ingéniera britanniques chargés d’aménager les voies navigables, des négociants, des capitaines sont enterrés ici. Les inscriptions en plusieurs langues étrangères ( anglais, français, allemand, arabe, hébreux) parlent des accidents de navigation ou des conditions de vie difficiles.

On retrouve encore les pierres sculptées parmi les croix en bois des nouveaux « locataires ». A l’entrée du cimetière,  il y a un vieux corbillard en bois qui était tiré par des chevaux. Assez visible depuis la route, il continue d’attirer l’attention des passants. Pour moi, les visites du cimetière semblaient à des voyages en temps, au fin du 19eme siècle, où j’ai toujours regretté de ne pas connaitre l’allemand ou l’arabe pour comprendre les petits récits qu’on trouve sur les tombes.

Voilà à nouveau le caractère cosmopolite de la ville isolée du reste du monde européen à la fin du 19ème siècle. Fermez les yeux et voyagez en temps !N’oublions pas qu’à seulement 23 km de Sulina, vous trouverez la forêt Letea, la seul lieu d’Europe où poussent les lianes. Avec son climat subtropical et son chêne vieux de 700 ans, Letea fait partie des plus vieilles réservez naturelles de Roumanie. Je ne vous dis pas plus, car Letea mérite lui dédier un article entier.

Donc, à vous de suivre mon blog!

A bientôt!

 

 

Un voyage écotouristique au Delta du Danube


Depuis longtemps, j’ai eu la confiance que le Delta du Danube deviendra un jour une véritable destination pour pratiquer l’écotourisme. Si la demande existait déjà, l’offre touristique nécessitait la prise en compte de l’importance de l’écotourisme dans cet espace peu habité, toujours en création et transformation. Mais comment concilier le développement économique  dont les habitants ont besoin tout en préservant le patrimoine naturel et culturel, le vrai paradis des rameurs avec une superficie deux fois plus grande que celle de Luxembourg ?

Le centre d'écotourisme Rowmania, à Crisan.

Le centre d’écotourisme Rowmania, à Crisan.

Afin de pratiquer un tourisme lent (slow tourism) au bénéfice de la nature et des communautés locales, l’Association d’Ecotourisme Roumanie et l’Association Ivan Patzaikin-Mila 23 (Ivan Patzaichin, multiple champion olympique de canoë) ont créé au coeur du Delta du Danube, à Crișan, le Centre d’Ecotourism Rowmania Crișan(CER). Un projet pilote d’entrepreneuriat social qui contribue à la protection de la nature et au développement local. Construit à Crisan par des matériaux locaux ( du bois et des roseaux) avec des impacts minimales sur l’environnement, le CER n’est que le premier centre, car d’autres devraient êtres construites sur le territoire du Delta. La mission de l’Association d’Ecotourisme Roumanie est celle de promotion et développement de l’écotourisme, afin de contribuer au développement des communauté locales qui vivent dans des territoires à forte valeur naturelle. 

 

7fcda95209abb50f0aa67dcee07b0e92-2

La ville de Tulcea et le Delta du Danube étaient depuis longtemps connues pour la construction des barques: avec l’aide d’un artisan local, ils ont décidé de construire la « canotca » un bateau qui combine la lotca locale (utilisée par les pêcheurs) et le canoë olympique de Patzaichin. Canotca est une « invention » de l’Association „Ivan Patzaichin– Mila 23” : un produit unique à base du bois. Rowmania encourage les produits et les traditions locales, mais réinventées pour une expérience touristique moderne. Ca, j’appelle de l’inventivité, de la passion et de l’ambition!

Canotca Patzaichin

Canotca Patzaichin

Le CER propose des circuits éco-touristiques basés sur l’utilisation du canotca,  guidés et assistés par un support audiovisuel. Il vous offre des tours guidés avec des guides locaux sur demande offrant ainsi une porte d’entrée dans les valeurs culturelles et naturelles de la région. Découvrez  les canaux calmes, sauvages et les lacs isolés, le tout grouillant de poissons et d’oiseaux ! Je ne peux que vous conseiller de visiter le Delta à bord d’une canotca, de vous immerger dans une nature sauvage loin de la foule.

En outre, il y a la possibilité de se loger chez l’habitant afin de goûter la gastronomie locale des divers communautés qui vivent en communion avec la nature. Au sein de la nature, les villages locaux sont la preuve vivante d’un héritage riche et diversifié aux sources lipovène (ethnie russe), khahol (ethnie ukrainienne) et roumaine. Un mosaïque ethinique qui vit grâce au fleuve. Pour les habitants des villages, le Danube représente l’existence, la principale source de nourriture et de transport.  Certains sont également logés grâce à lui. Dans cette région, on a longtemps construit les murs des maisons en torchis, c’est-à-dire un mélange d’eau, de terre et de paille. Pour le toit, c’était du roseau. Abandonnée dans les années 70, cette tradition revient en force.

Vous vivrez une des plus belles expériences en glissant doucement parmi des nénuphars et roselières flottants, accompagnés par des hérons, des aigrettes, des mouettes et même des pélicans, tout en écoutant le son du Danube. L’architecture locale, la musique et les danses traditionnelles, l’artisanat et la cuisine feront donc partie de votre circuit éco-touristique.

Si voyager durablement à bord d’un canotca au Delta du Danube c’est possible aujourd’hui, c’est grâce à Ivan Patzaichin, né à Mila 23, un des beaux villages du Delta. Un village constitué de dizaines de maisons qui s’étire le long d’un canal. Mila 23, avec ses quelques magasins, ses quelques cafés et sa station service flottante, c’est un peu la capitale du delta.

Une grande star en Roumanie, médaillé d’or 4 fois en canoë-kayak au Jeux Olympiques, Patzaichin est une icône du Delta! A présent,  cet enfant des roseaux ne fait plus de compétition. Mais, il met sa notoriété au service de la défense du patrimoine naval de la région. Le seul qui porte tout l’univers du Delta dans son coeur et qui s’investit dans son développement touristique. Avec un chantier naval local, il a lancé, il y a 3 ans la canotca, un mariage entre le canot et la lotca.

Ivan Patzaikin

Ivan Patzaichin, Source photo: http://www.facebook.com/RowmaniaPatzaichin

Le charme du bois et de l’ancien allié aux performances des canoës d’aujourd’hui. Une façon surtout de donner une image à sa région. Mais Patzaichin ne s’arrête pas ici: après avoir constaté que les enfants du Delta commencent à utiliser, à préférer de plus en plus les barques à motor et  à oublier utiliser les rames, il a décidé d’ouvrir un centre pour initier les enfants aux sports d’eau et pour susciter leur intérêt à la pagaie! De plus, Patzaichin organise des nombreux concours d’aviron. En 2013 à Tulcea, a été organisé le premier triathlon « Delta Rowmania Triathlon » ainsi que la finale du concours « Descoperă Rowmania ». Néanmoins, l’Association „Ivan Patzaichin – Mila 23” et l’Administration Nationale des Eaux Roumaines ont signé un partenariat stratégique pour la promotion du patrimoine hydrographique de la Roumanie, afin d’accroître l’intérêt pour l’écotourisme et le tourisme fluvial.

Je l’apprécie beaucoup car il a eu l’ambition de  retourner chez lui pour faire quelque chose pour les habitants, pour contribuer à la préservation des traditions, pour encourager le développement économique et pour assurer un futur au Delta du Danube, pour la positionner sur la cartes des destinations écotouristiques.

Un homme simple qui partage avec tout le monde ses histoires de champion olympique et qui mérite de lui dédier un article entier, n’est-ce pas? J’espère le rencontrer bientôt…

Quant à vous, il ne vous reste qu’à réserver votre canotca…

555502_265648510218037_1025630695_n

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Birdwatching, pêche ou safari photo?


Le seul Delta au monde, entièrement déclaré réserve de la biosphère, le Delta du Danube représente une des plus étendues zones humides au monde en tant que habitat des oiseaux d’eau, la plus étendue zona compare de roseau sur la planète ainsi qu’un musée de la biodiversité avec 30 types d’écosystèmes. Une banque génétique naturelle avec une valeur inestimable pour le patrimoine naturel universel. Elle fait pas partie du patrimoine mondial de l’UNESCO pour rien…Les valeurs naturelles et culturelles du Delta du Danube représentent ses principales ressources touristiques. Mais comment pouvez-vous profiter de ses ressources touristiques tout en préservant la nature?

L’Administration de la Biosphere Delta du Danube recommande plusieurs formes de tourisme sur le territoire de la réserve. Tourisme pour repos et recréation: par l’intermédiaire des agences de tourisme, dans des hôtels classiques ou flottants, combiné avec des excursions sur les canaux et lacs, des bains de soleil et cures marines sur les plages au long de la Mer Noire. 

Tourisme de découverte (itinérant): pratiqué soit individuellement, soit par l’intermédiaire des excursions organisées, adapté pour les groupes petits de visiteurs, qui auront l’occasion d’explorer la variété du paysage sauvage. Passez par exemple une journée au bord d’une barque à rames, d’une barque à moteur ou en kayak et regardez les colonies de pélicans. Flânez au long des canaux, au long des des levées fluviales ou marines et vous allez adorer! 

Tourisme spécialisé scientifique : 

pour des

ornithologues, spécialistes, chercheurs, étudiants. Située sur le 45ème parallèle, le delta du Danube est le point d’arrêt parfait-la ligne de partage entre l’équateur et le pôle Nord pour des millions d’oiseaux migrateurs. Des nombreux ornithologues de tous les coins du monde visitent le Delta chaque année. 

Programmes adressés aux jeunes : découverte et appréciation de la nature, comme par exemple des camps d’écologie. 

Tourisme rural: hébergement et accompagnement par les locaux. Il y a une tradition dans la réserve: beaucoup de familles de la région hébergent et accompagnent les touristes dans le Delta du Danube. Ce type de tourisme représente un important potentiel de développement pour la population locale. C’est un excellent moyen de découvrir les canaux, les oiseaux, les beautés of this wonderful landscape…

Tourisme pour la pratique des sports nautiques et photo safari: La végétation sauvage, la faune unique au monde, l’eau et la terre forment ensemble, le plus beau cadre pour réaliser vos photos. Vous n’en croirez pas vos yeux lorsque vous contemplerez les paysages uniques de Delta du Danube si magnifiques, que Photoshop lui-même aurait dit : « Je m’incline ! »

Tourisme pour la pêche sportive: très apprécié par les visiteurs de tout âge, dans toutes les saisons, pour toutes les espèces de poissons, et aussi la chasse sportive.  Pêcher au lever du soleil au Delta ça n’a pas de prix!

 

Goûter un bon poisson?


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=614267145326513&set=pb.170842849668947.-2207520000.1395763631.&type=3&theater

Depuis mon enfance, j’ai grandi avec du poisson d’eau douce originaire du bassin du Danube, mais aussi avec le poisson océanique. Mon réfrigérateur était plein de tentacules de poulpe, du bon requin ou du calmar amené par mon père car il travaillait sur des grands pétroliers. A l’époque, à Tulcea il y avait aussi une usine de conserves de poisson et une usine de congélation du poisson océanique qui comptait pas moins de 50 transporteurs.

La quasi-totalité des habitants du Delta est constituée de pêcheurs ou de fils de pêcheurs. Depuis longtemps, le poisson est donc logiquement la base de l’alimentation locale. On mange du poisson au bord du Danube, dans les villages du Delta, à Tulcea et presque dans tout le département. Quand je vivais à Tulcea, mes parents se levaient à 4-5h du matin pour acheter du frais poisson à des bons prix dans un petit village situé de l’autre coté du fleuve, Tudor Vladimirescu: pour cela, il faillait qu’ils traversent le Danube à bord d’un petit bateau. Je n’étais même pas réveillée quand mon pére écaillait et vidait le poisson.

Icre crap

Icre crap

On trouve toutes sortes d’espèces dans les eaux du Delta, dont des énormes silures (jusqu’à 70kg) , sandres, brochets, carpes, poisson-chat. A travers le temps, les habitants ont appris à accommoder les poissons à toutes les sauces. On cuisine ainsi des sortes de bouillabaisse, oeufs de poisson ( icre) ragoûts de divers poissons préparés avec de l’eau des canaux ( il ne faut pas partir du Delta sans goûter un plat à bas de poisson cuisiné à l’eau du Danube) et de la poudre de feuilles de roseau brulé. Le brochet est souvent farci et très souvent extrêmement savoureux!! Ma mère cuisine un brochet farci trop bon, dommage qu’elle ne peut pas m’envoyer un petit morceau…Un vrai délice!

Souvent, les sauces sont à base d’oignon, de plantes aromatiques du delta. Des goûts inconnues aux touristes mais assez forts pour qu’ils reviennent la deuxième fois au Delta…Ail et piments forts s’intègrent à des sauces d’accompagnement relevées, appréciées avec les poissons simplement grillés: carpe à la broche, sandre ou brochet frits! Quel bonheur de goûter un bon poisson au sauce d’ail, avec du polenta, au bord du fleuve, au bout du monde, après une matinée de pêche…Au menu d’aujourd’hui : soupe de poisson ( bord de peste), poisson frit, poisson à la sauce de tomate, cire de brochet ( oeuf de brochet).

Je vous invite donc à savourer quelques photos ! 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.