Tulcea, le retour aux sources


Ca y est..encore une année passé sans avoir voyagé 3h en avion et 4h30 de route à travers les plus vieilles montagnes du monde pour arriver sur la plus jeune terre d’Europe: le Delta du Danube. Encore une année sans avoir ouvert la porte de « chez moi » à Tulcea. Pas facile d’y accéder, Dobroudja, ce mosaïque de civilisations qui n’est pas trop connu à l’international restera toujours un terre magique, le paradis des photographes, des archéologues et des amoureux de la nature. Une fois avoir mis le pied…difficile de ne pas revenir.

Retenue par des raisons professionnels, il ne me reste que cette page de blog pour partager mes émotions et pour vous inciter d’y aller à ma place. Allez-y découvrir les une des plus surprenante régions historique de la Roumanie, un univers naturel exceptionnel où l’éco-tourisme se développer d’un jour à l’autre, un potentiel touristique unique au monde. 

A très bientôt, 

Un vidéo réalisé par l’équipe Documediafilm

L’avion, le Delta du Danube et la méditation


 

La piste de l'aéroport de Tulcea.  Crédit photo: Roxana Farca, www.lumeamare.ro

La piste de l’aéroport de Tulcea.
Crédit photo: Roxana Farca. http://lumeamare.ro/2014/05/21/avionul-delta-dunarii-si-meditatia/

Roxana a déjà essayé le vol Bucarest-Tulcea. Elle nous partage son avis sur son site www.lumeamare.ro  

Je vous invite à découvrir son voyage à Somova, un village près de Tulcea.

Bonne lecture!

PS: l’article est rédigé dans la langue roumaine :d

 Avionul, Delta Dunarii si meditatia.

Delta Nature Resort, Somova, Tulcea. Crédit photo: Roxana Farca

Delta Nature Resort, Somova, Tulcea. Crédit photo: Roxana Farca

A St. George, le film c’est le film !


Information importante pour ceux qui ont déjà prévu d’aller à St.George pour le festival ANONIMUL: malheureusement le festival sera organisé cette année à Bucarest, car le camping est en rénovation!

http://www.info-delta.ro/blog/festivalul-international-de-film-independent-anonimul-2014-la-bucuresti/

Le Festival Anonimul. Crédit photo: Alexandra B.

Le Festival Anonimul. Crédit photo: Alexandra B.

Vous l’avez bien compris: le Delta du Danube est magique. Se sentir au bout du monde, loin de civilisation, oui c’est possible! Mais il n’y a pas que les oiseaux, les canaux d’eau, les villages de pêcheurs et les habitants qui contribuent à la magie de ce lieu. Imaginez-vous en regardant un film sur un géant écran en pleine nature, les pieds dans le sable…ah, et de la musique live!

Depuis 2004, le village St. George du Delta accueille le Festival International du Film Indépendant ANONIMUL ( L’Anonim ), un festival organisé sur le sable, pour un seul public VIP – les grands amoureux du cinéma. Qu’ils soient des touristes ou des cinéphiles, tout le monde prend le bateau pour arriver aux coeurs de eaux, à St. George.

Crédit photo: Alexandra B.

Liberté. Crédit photo: Alexandra B.

Certains d’entre eux retournent ici chaque année. Par exemple, pour Alexandra B,  aller à Sf. George est devenue une tradition: « chaque année, j’ajoute à mon journal des histoires sur des hommes et des lieux. Un lieu dont j’aurai toujours envie c’est Sf. George, où non seulement se rencontrent le Danube et la Mer Noire mais aussi les grands amours: la nature et l’être humain! La nature sauvage, le pélican sans ses lunettes de soleil, la plage vierge sans des boutiques , le sable est tellement fin… T’auras tout ce qu’il te faut pour écrire, pour filmer, pour être heureux, pour rire, pour contempler les gens autour de toi. Le film est film à Sf. George! « 

Le festival est organisé dans le cadre du Complexe Green Village  : vous pouvez trouver de l’hébergement au Complexe Green Village, au Dolphin Camping ou dans votre propre tente, car vous avez la possibilité de camper! N’oubliez pas de vérifier les horaires des bateaux avant de planifier votre voyage !

Serez-vous cet été à Sf.George, du 11 au 17 août,  pour la 11 édition du Festival International de Film Indépendant « L’Anonim » ANONIMUL ?

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Au coeur des eaux à St.George


Crédit photo: Alexandra B.

Crédit photo: Alexandra B.

Loin du tourisme de masse, l’ancien village de pêcheurs St. George (Sfântul Gheorghe) est la dernière commune du bras St.George. Situé sur la rive gauche du bras, près de l’embouchure du Danube dans la Mer Noire, il est accessible par le bateau. Avant de planifier votre voyage, n’oubliez pas de vérifier les horaires des bateaux Situé à l’extrémité Est de Tulcea, St.George est à 120 km de Tulcea et à 35 km de Sulina. On y accède par les ports de Tulcea ( Tulcea – St.George 4h), Mahmudia (Mahmudia –  St.George 2h30) ou Murighiol (Murighiol – St. George 2h ), situés sur la route départementale DJ22C à environ 30-40 km de la ville de Tulcea.

En fait, c’est un des villages du Delta le plus facilement accessible en voiture car on peut le suivre par la route jusqu’à Murighiol d’où vous pouvez louer une embarcation privée (le grand bateau « passager » ne fait pas escale dans ce port) et Dunavat. Quant à la liaison avec la ville de Sulina,  cela est possible tant par la voie des eaux que par la route.

Donc, aucun raison de ne pas vous rendre à St.George cet été…

Sur la carte du genovois Visconti, de 1318, parmi les centres economiques importantes de la région Dobrogea, est mentionée la commune „SAN–GIORGIO”, l’actuel village St. George. Selon une légende locale, un navire ottoman de guerre, ayant à bord un pacha, est arrivé au village le jour même de la fête de Saint George. Les villageois chantaient pour célébrer le saint et ainsi le pacha a nommé le village „Katarlez”, signifiant „Saint George” en turque.  L’actuel village comprend les descendants des pêcheurs refugiés de Russie, au temps de l’empératrice Catherine la Grande, par peur du sérvice militaire obligatoire, qui durait 25 ani à l’époque. Les habitants sont originaires d’Ukraine, de réligion ortodoxe de rite ancien et sont connus du nom de „haholi”. Le terme “hohol” signifie une méche de cheveux au sommet de la tête rasée, selon la coutume des tatares de la Horde d’Or. Les „haholi” se sentent lésés si on les appele „lipoveni”, comme on appele les autres habitants d’origine russe de la région.

La plage de Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

La plage de Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

Peuplé de seulement 1000 habitants, le village possède une plage de sable unique et un phare de plus de 50 m de hauteur. Les maisons traditionnelles du Delta, l’église et les rues étroites contrastent avec les nouveaux aménagements du village, qui devient peu à peu une vraie station touristique. Vos hôtes vont toujours vous faire découvrir les petits canaux du Delta en barque à rames, la richesse ornithologique, les specialités à base du poisson, leurs histoires de vie…

Pour s’héberger, vous avez plusieurs choix: les logements chez l’habitant, les chambres d’hôte de charme et des hébergements 4* pour ceux qui souhaitent avoir tout le confort. La plupart des touristes choisissent le camping du village: vous pouvez installer votre tente ou loger dans les petites maisons. Le camping construit dans le respect de l’environnement et de l’architecture traditionnelle s’intègre complètement au paysage : les maisons sont construites en bois et les toits en roseaux. Situé aux abords du village, c’est le plus proche hébergement de l’embouchure du Danube dans la Mer Noire.

Malgré tout les nouveaux aménagements touristiques, l’authenticité de St.George résiste encore et attire de plus en plus des touristes. 14 km de plage sauvage où coexistent les touristes venus de tous les coins du monde, les bovines des paysans et les chevaux sauvages vous attendent pour vivre des moments loin de civilisation, loin du monde, au coeur des eaux. Cette plage descend en pente douce et il existe une zone sure pour le bain des plus petits. Un sentiment de liberté et relaxation. Quelle plaisir de se baigner dans les eaux peu profondes du Danube à l’embouchure dans la Mer Noire. En quelques minutes tu seras dans la Mer Noire. Dépaysement total assuré surtout si tu resteras sur la plage pour regarder le plus beau et sincère coucher du soleil.  

Le coucher du soleil à Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

Le coucher du soleil à Sf.George. Crédit photo: Alexandra B.

 

La pêche est la principale activité économique du village: St.George est connu dans tout le pays pour la pêche aux esturgeons. Le caviar local ( icre negre ) est réputé, mais une grande partie étant exportée, il vous sera sans doute difficile de l’apprécier. Les esturgeons se font de plus assez rares et l’on efforce de repeupler le delta grâce à l’élevage. Au sud du village, se trouve la grande réserve de Sf.Gheorghe Palade – Perișor – Zătoane et l’île Sacalin. Elle se caractérise par ses dunes et bancs de sable, ses lacs isolés, ses marais et par la richesse de sa faune  (pélicans, aigrettes, cygnes, spatules ). 

Le caviar ( icre negre)

Le caviar ( icre negre)

 

Je suis sûre que vous allez laisser une partie du votre coeur à St.George, car les beaux paysages du Delta, le coucher du soleil, le ciel étoilé, le beau bronze, les amitiés liés avec les chevaux sauvages sur la plage n’auront pas du prix !

Si toi aussi t’aime la nature sauvage, si t’aime te baigner parmi les dernières chevaux sauvages de l’Europe, dans une Réservation de la Biosphère, je t’attends à St.George !Pas encore convaincu?

Si je te dis qu’un festival de cinéma international s’organise chaque année en août, t’aurais envie de venir? Voilà pourquoi il faut suivre ce blog  😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Sulina, le Danube dit adieu à l’Europe


A-Sulina-le-Danube-dit-adieu-a-l-Europe

Un bateau relie le port de Tulcea à Sulina en une heure et demi. Photo Crédit: Julien Pebrel/MYOP

    A Sulina, le Danube dit adieu à l’Europe

« Partez ailleurs, presque nulle part, dans le silence du temps« 

Un article par Marianne Meunier.

Un voyage écotouristique au Delta du Danube


Depuis longtemps, j’ai eu la confiance que le Delta du Danube deviendra un jour une véritable destination pour pratiquer l’écotourisme. Si la demande existait déjà, l’offre touristique nécessitait la prise en compte de l’importance de l’écotourisme dans cet espace peu habité, toujours en création et transformation. Mais comment concilier le développement économique  dont les habitants ont besoin tout en préservant le patrimoine naturel et culturel, le vrai paradis des rameurs avec une superficie deux fois plus grande que celle de Luxembourg ?

Le centre d'écotourisme Rowmania, à Crisan.

Le centre d’écotourisme Rowmania, à Crisan.

Afin de pratiquer un tourisme lent (slow tourism) au bénéfice de la nature et des communautés locales, l’Association d’Ecotourisme Roumanie et l’Association Ivan Patzaikin-Mila 23 (Ivan Patzaichin, multiple champion olympique de canoë) ont créé au coeur du Delta du Danube, à Crișan, le Centre d’Ecotourism Rowmania Crișan(CER). Un projet pilote d’entrepreneuriat social qui contribue à la protection de la nature et au développement local. Construit à Crisan par des matériaux locaux ( du bois et des roseaux) avec des impacts minimales sur l’environnement, le CER n’est que le premier centre, car d’autres devraient êtres construites sur le territoire du Delta. La mission de l’Association d’Ecotourisme Roumanie est celle de promotion et développement de l’écotourisme, afin de contribuer au développement des communauté locales qui vivent dans des territoires à forte valeur naturelle. 

 

7fcda95209abb50f0aa67dcee07b0e92-2

La ville de Tulcea et le Delta du Danube étaient depuis longtemps connues pour la construction des barques: avec l’aide d’un artisan local, ils ont décidé de construire la « canotca » un bateau qui combine la lotca locale (utilisée par les pêcheurs) et le canoë olympique de Patzaichin. Canotca est une « invention » de l’Association „Ivan Patzaichin– Mila 23” : un produit unique à base du bois. Rowmania encourage les produits et les traditions locales, mais réinventées pour une expérience touristique moderne. Ca, j’appelle de l’inventivité, de la passion et de l’ambition!

Canotca Patzaichin

Canotca Patzaichin

Le CER propose des circuits éco-touristiques basés sur l’utilisation du canotca,  guidés et assistés par un support audiovisuel. Il vous offre des tours guidés avec des guides locaux sur demande offrant ainsi une porte d’entrée dans les valeurs culturelles et naturelles de la région. Découvrez  les canaux calmes, sauvages et les lacs isolés, le tout grouillant de poissons et d’oiseaux ! Je ne peux que vous conseiller de visiter le Delta à bord d’une canotca, de vous immerger dans une nature sauvage loin de la foule.

En outre, il y a la possibilité de se loger chez l’habitant afin de goûter la gastronomie locale des divers communautés qui vivent en communion avec la nature. Au sein de la nature, les villages locaux sont la preuve vivante d’un héritage riche et diversifié aux sources lipovène (ethnie russe), khahol (ethnie ukrainienne) et roumaine. Un mosaïque ethinique qui vit grâce au fleuve. Pour les habitants des villages, le Danube représente l’existence, la principale source de nourriture et de transport.  Certains sont également logés grâce à lui. Dans cette région, on a longtemps construit les murs des maisons en torchis, c’est-à-dire un mélange d’eau, de terre et de paille. Pour le toit, c’était du roseau. Abandonnée dans les années 70, cette tradition revient en force.

Vous vivrez une des plus belles expériences en glissant doucement parmi des nénuphars et roselières flottants, accompagnés par des hérons, des aigrettes, des mouettes et même des pélicans, tout en écoutant le son du Danube. L’architecture locale, la musique et les danses traditionnelles, l’artisanat et la cuisine feront donc partie de votre circuit éco-touristique.

Si voyager durablement à bord d’un canotca au Delta du Danube c’est possible aujourd’hui, c’est grâce à Ivan Patzaichin, né à Mila 23, un des beaux villages du Delta. Un village constitué de dizaines de maisons qui s’étire le long d’un canal. Mila 23, avec ses quelques magasins, ses quelques cafés et sa station service flottante, c’est un peu la capitale du delta.

Une grande star en Roumanie, médaillé d’or 4 fois en canoë-kayak au Jeux Olympiques, Patzaichin est une icône du Delta! A présent,  cet enfant des roseaux ne fait plus de compétition. Mais, il met sa notoriété au service de la défense du patrimoine naval de la région. Le seul qui porte tout l’univers du Delta dans son coeur et qui s’investit dans son développement touristique. Avec un chantier naval local, il a lancé, il y a 3 ans la canotca, un mariage entre le canot et la lotca.

Ivan Patzaikin

Ivan Patzaichin, Source photo: http://www.facebook.com/RowmaniaPatzaichin

Le charme du bois et de l’ancien allié aux performances des canoës d’aujourd’hui. Une façon surtout de donner une image à sa région. Mais Patzaichin ne s’arrête pas ici: après avoir constaté que les enfants du Delta commencent à utiliser, à préférer de plus en plus les barques à motor et  à oublier utiliser les rames, il a décidé d’ouvrir un centre pour initier les enfants aux sports d’eau et pour susciter leur intérêt à la pagaie! De plus, Patzaichin organise des nombreux concours d’aviron. En 2013 à Tulcea, a été organisé le premier triathlon « Delta Rowmania Triathlon » ainsi que la finale du concours « Descoperă Rowmania ». Néanmoins, l’Association „Ivan Patzaichin – Mila 23” et l’Administration Nationale des Eaux Roumaines ont signé un partenariat stratégique pour la promotion du patrimoine hydrographique de la Roumanie, afin d’accroître l’intérêt pour l’écotourisme et le tourisme fluvial.

Je l’apprécie beaucoup car il a eu l’ambition de  retourner chez lui pour faire quelque chose pour les habitants, pour contribuer à la préservation des traditions, pour encourager le développement économique et pour assurer un futur au Delta du Danube, pour la positionner sur la cartes des destinations écotouristiques.

Un homme simple qui partage avec tout le monde ses histoires de champion olympique et qui mérite de lui dédier un article entier, n’est-ce pas? J’espère le rencontrer bientôt…

Quant à vous, il ne vous reste qu’à réserver votre canotca…

555502_265648510218037_1025630695_n

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Goûter un bon poisson?


https://www.facebook.com/photo.php?fbid=614267145326513&set=pb.170842849668947.-2207520000.1395763631.&type=3&theater

Depuis mon enfance, j’ai grandi avec du poisson d’eau douce originaire du bassin du Danube, mais aussi avec le poisson océanique. Mon réfrigérateur était plein de tentacules de poulpe, du bon requin ou du calmar amené par mon père car il travaillait sur des grands pétroliers. A l’époque, à Tulcea il y avait aussi une usine de conserves de poisson et une usine de congélation du poisson océanique qui comptait pas moins de 50 transporteurs.

La quasi-totalité des habitants du Delta est constituée de pêcheurs ou de fils de pêcheurs. Depuis longtemps, le poisson est donc logiquement la base de l’alimentation locale. On mange du poisson au bord du Danube, dans les villages du Delta, à Tulcea et presque dans tout le département. Quand je vivais à Tulcea, mes parents se levaient à 4-5h du matin pour acheter du frais poisson à des bons prix dans un petit village situé de l’autre coté du fleuve, Tudor Vladimirescu: pour cela, il faillait qu’ils traversent le Danube à bord d’un petit bateau. Je n’étais même pas réveillée quand mon pére écaillait et vidait le poisson.

Icre crap

Icre crap

On trouve toutes sortes d’espèces dans les eaux du Delta, dont des énormes silures (jusqu’à 70kg) , sandres, brochets, carpes, poisson-chat. A travers le temps, les habitants ont appris à accommoder les poissons à toutes les sauces. On cuisine ainsi des sortes de bouillabaisse, oeufs de poisson ( icre) ragoûts de divers poissons préparés avec de l’eau des canaux ( il ne faut pas partir du Delta sans goûter un plat à bas de poisson cuisiné à l’eau du Danube) et de la poudre de feuilles de roseau brulé. Le brochet est souvent farci et très souvent extrêmement savoureux!! Ma mère cuisine un brochet farci trop bon, dommage qu’elle ne peut pas m’envoyer un petit morceau…Un vrai délice!

Souvent, les sauces sont à base d’oignon, de plantes aromatiques du delta. Des goûts inconnues aux touristes mais assez forts pour qu’ils reviennent la deuxième fois au Delta…Ail et piments forts s’intègrent à des sauces d’accompagnement relevées, appréciées avec les poissons simplement grillés: carpe à la broche, sandre ou brochet frits! Quel bonheur de goûter un bon poisson au sauce d’ail, avec du polenta, au bord du fleuve, au bout du monde, après une matinée de pêche…Au menu d’aujourd’hui : soupe de poisson ( bord de peste), poisson frit, poisson à la sauce de tomate, cire de brochet ( oeuf de brochet).

Je vous invite donc à savourer quelques photos ! 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

Home sweet home…it’s snowing!


Il a neigé à Tulcea, chez moi! Ma petite ville et ses 7 collines vont être bientôt enneigées. Je me souviens les matins d’hiver quand ma mère venait dans ma chambre pour me réveiller en me disant « il a neigé! Tout est blanc! » Dans les minutes suivantes j’étais avec les yeux collés aux fenêtres! J’adore me promener sur la falaise: tout est calme, les bateaux bougent à peine, le Danube est presque complètement gelé…T’as l’impression de te trouver dans un beau tableau d’hiver en tant que personnage en prime plan!

Avis aux photographes! Le Delta du Danube cache des paysages impressionnantes durant l’hiver!

Et à propos des tableaux, je vais vous indiquer bientôt où vous pouvez acheter à Tulcea des très beaux tableaux de ma région…

 

Sulina, hors des sentiers battus III: on s’envole?


 On s’envole?

danube

Le Danube à Vienne
Crédit photo: archive personnel

Vous avez déjà passé par l’Office de Tourisme de Roumanie qui se trouve au 7 rue Gaillon, 75002 Paris pour avoir les derniers informations sur la Roumanie?  Il ne  vous reste qu’à réservér les billets avion d’avion et s’envoler pour découvrir d’abord le Petit Paris, Tulcea et ensuite le magnifique Delta du Danube!

Passons d’abord par le Petit Paris 

Si vous venez de France, vous avez des vols directs Paris-Bucarest ( la capitale de la Roumanie) en trois heures, des compagnies comme Air France, Tarom ou bien des low cost telles Blue Air ou Wizz Air vous y mèneront sans problème. C’est à partir de Bucarest que votre longue périple roumain commencera, mais vous verrez, ça sera sans regret !

Dans les années ’30, Bucarest a été surnommé « Le Petit Paris de l’Est » à cause de ses longs boulevards jalonnés d’arbres. Ville de contrastes, où l’ancien et le nouveau se côtoient. A visiter le « Centrul Vechi », là où l’histoire vit à travers des bâtiments qui ont un modèle architectural particulier.

Ainsi, certains commerces qui ont vu le jour d’ouverture dans la première moitié du 19e siècle fonctionnent encore aujourd’hui. A ne pas rater le restaurant « Carul cu Bere » , edifice néo-gothique. Son interieur fait de peintures murales, de vitraux et de boiseries ne pourra que vous émerveiller. Retournez au temps, quand « Carul cu Bere » était fréquenté souvent par de grandes personnalités roumaines…

Vous pouvez visiter la rue Lipscani qui donne le nomme au quartier Lipscani ( à présent, il se trouve dans un continuu processus de réhabilitation) les églises Stravropoleos et Doamnei. Lipscani est le coeur de la ville où les antiquaires, les boutiques chic et les cafés remplacent peu à peu les échoppes anciennes. Le quartier bouge même à 4h du matin! C’est branché, je vous assure! C’est le quartier de la mode, où vous allez voir les plus belles femmes roumaines, où vous pouvez manger même à mi-nuit et faire la fête jusque le matin! Sachez que le Noctilien a été mis en place à Bucarest depuis peu de temps et les taxis sont nombreux pour vous amener à l’hôtel.

Si on parle de Petit Paris, on parle biensur de l’Arc de Triomphe, plus petit que celui de Paris mais il s’integre bien dans le paysage. Si vous avez le temps, vous pouvez visiter le Palatul Parlamentului ( le Palais de Ceausescu, la Maison du Peuple – le siège du Parlement aujourd’hui et le plus grand palais d’Europe, symbole du communisme).Celui-ci a la particularité d’avoir été recommencé 3 fois ! Les 2 premières versions ne convenaient pas au maître des lieux et furent donc détruites…Caprice de dictateur ! Immenses fenêtres hautes de 10 mètres , salle de bal, des colonnes décoratives en marbre rose, des escaliers en marbre d’Italie…Allez voir également les Boulevards Kiseleff et Victoria, l’Athénée Roumain, le Musée d’Art – l’ancien palais royal et autres bâtiments, le musée du Paysan Roumain  monuments de la ville.

Bienvenue au paradis sauvage!

De Bucarest, direction Tulcea (prononcer Toultcha) la porte d’entrée au Delta du Danube et ma ville d’origine.  En bus ou en voiture pour environ quatre heures de route, tout en traversant les champs et les villages de la région de Dobroudja ( Dobrogea). Le trajet Bucarest-Tulcea en bus/en train coût environ 15 euros.

Vous avez également la possibilité de prendre le train (Gare du Nord, Bucarest) mais vous allez mettre plus de temps pour y arriver, environ cinq heures et demie, car le relief de la région impose des restrictions de vitesse pour les trains.

Ne vous effrayez pas si parfois votre train s’incline sur le coté, c’est tout à fait normal! Même le fait de passer cinq heures et demie dans le train s’avérera bénéfique à tous ceux qui s’offriront le loisir de discuter avec les gens, de regardant le paysage, de se reposant pour la grande aventure les attend…

Construite sur sept collines, Tulcea est le point de départ des excursions vers le delta. Avant de larguer les amarres, je vous conseille de visiter cette ville, ses curiosités culturelles, son festival. Nous célébrons le 15 août le jour de Sainte Marie, qui est chomé en Roumanie,  fête des marins roumains et donc les jours de Tulcea ( Zilele Tulcei).

IMG_3552

L’anchois grillé se trouve aussi à Sulina dans les terrasses qui sont sur la plage. Il n’existe pas de meuilleur déjeuner en plein air, avec les pieds dans le sable..

C’est un peu la fête foraine pendant quelques jours: des parades militaires ont lieu sur le Danube, des militaires se pavanent sur les quais, d’immenses toboggans gonflables pour les enfants jonchent la falaise. N’hésites pas à essayer la gastronomie roumaine spécifique pour cette fêe foraine: nombreux plats à base du poisson, les mici (prononcez mitchi, Un mélange de viande hachée de bœuf et de mouton, bien condimenté, roulé en forme de petit (mic) doigt et la bière ). Le Danube est mis à l’honneur et tout le monde vient flâner au bord de l’eau. Durant la fête, le soir, ont lieu sur la falaise des concerts en plein air qui finissent le jour de Sainte Marie, par un  extraordinaire feux d’artifices.

IMG_3555

L’anchois grillé: savoureuse, croustillante qui va très bien avec la bière! Ouiii, ça mérite de faire la queue

N’oublions pas le nouveau Centre d’écotourisme du Delta du Danube, à visiter absolument avant votre visite dans le Delta!

Si vous avez le temps – et il faut l’avoir, vous devriez visiter le Monument de l’Indépendance, qui vous offrirai une vue pittoresque sur l’entrée du Danube dans la ville de Tulcea et son point de départ pour le magnifique territoire du Delta.

Les choses évoluent un peu lentement dans ma ville natale, mais les espoirs sont grands! Et j’y crois! Je crois qu’une politique touristique intelligente pourrait exploiter cette région en conciliant sa protection avec les attentes des habitants de Tulcea et des visiteurs.

Le Monument d'Indépendance, Tulcea. Mon petit Hollywood;)

Le Monument d’Indépendance, Tulcea. Mon petit Hollywood;)

Centre d'écotourisme du Delta du Danube,

Centre d’écotourisme du Delta du Danube, Tulcea. Crédit photo: archive personnelle 

De Tulcea à Sulina

Une fois arrivés à Tulcea, les ferry-boats ( en roumain « pasager », qui est un grand bateau) vous attendent nombreux.  Ces grands bateaux vont vous faire découvrir pendant cinq heures des paysages uniques: des colonies de pélicans qui passent au dessus de vos têtes, les  chevaux sauvages du Delta qui, je dirais, apparaissent toujours au bon moment pour être pris en photo et admirés en pleine vol, et pleins d’autres oiseaux habitués au passage des bateaux.

Trajet en bateau Tulcea-Sulina
Crédit photo: http://www.deltadunarii.info.ro/turistic/transport

Vous allez voir dans chaque village où le ferry boat s’arrête, plein touristes comme vous qui descendent avec leur sac à dos, des Roumains qui vont à la pêche mais aussi les habitants du village qui attendent leur colis, des aliments qui arrivent de Tulcea, des marchandises pour les petites boutiques du village, des meubles, des matériaux de construction, et bien d’autres choses encore.

IMG_3634

Les pommes de terre voyagent au Delta!
Et oui, on transporte tout car le bateau, qu’il soit grand ou petit, c’est vraiment le seul mode de transport dans le Delta. C’est pour cette raison que le Danube représente la vie, pour les habitants de ce patrimoine UNESCO!  
Crédit photo: archive personnelle.

Vous pouvez également choisir de prendre un bateau rapide (en roumain « șalupă », ou « catamaran express ») pour arriver plus vite à Sulina pour un prix un peu plus élevé que le ferry boat. Mais je vous avoue que j’ai pris ce bateau rapide une fois dans ma vie, et je ne recommencerai plus. Je me suis retrouvée comme enfermée dans une boîte pendant une heure et demie, impossible d’admirer le paysage !

En plus, le bruit du moteur et les petites fenêtres qu’on laissait ouvertes pour ne pas mourir de chaud m’ont vraiment donné mal à la tête. Mais bon, ça peut être une option pour ceux qui ont raté le ferry boat, ou ceux qui arrivent trop tard à Tulcea et veulent être le soir même à Sulina. (Pour info, tous ces bateaux font des trajets pour les autres villages du Delta comme SF.Gheorghe, Gura Portitei, Crisan, etc).

IMG_3988

Des touristes francophones, le plus probablement..      Crédit photo: archive personnelle.

Personnellement, je pense que le Delta du Danube doit être visité sans se presser, prenez le temps de le découvrir !  Le ferry boat est une bonne façon de commencer ses vacances, prenez-le pour vos petites excursions, pour faire connaissance avec le Delta, pour qu’il vous accepte.

Pour moi, chaque aventure dans le Delta est unique, pas seulement à cause des paysages mais aussi grâce aux rencontres que je fais sur le bateau, aux riches échanges avec les étrangers, aux émotions… 

Après avoir déposé mon sac à dos dans le salon du ferry boat ( il y a des tables et des chaises pour discuter, manger, jouer, dormir par terre, tout ce que vous voulez faire), je sors sur la terrasse du bateau et je regarde les touristes qui viennent du bout du monde, du bout de la Roumanie, les groupes d’enfants, les pêcheurs passionnés qui attendent de lancer leurs cannes à pêche dans le Danube, les parents qui restent sur le quai et disent au revoir à leurs enfants…

Et puis, chaque fois je suis extrêmement contente comme un enfant, j’ai hâte que le bateau parte… et que je revoie la faleză de Sulina ! (faleză, en français falaise, est une partie de terre aménagée au bord de la mer, d’un fleuve pour les promenades).

DanubeDelta.jpg

Les chevaux sauvages du Delta
Crédit photo: archive personelle

Sachez que le ferry boat vous offre un panorama, ainsi qu’une liberté de photographier que vous n’aurez jamais sur un bateau rapide : vous pouvez même monter sur le toit du bateau !

C’est là que vous pourrez avoir votre premier bronzage, boire un bière entre potes (le bateau dispose d’un bar aussi, c’est pas cool ça ??)… En fait, c’est mon lieu préféré ! Sur le toit, j’avance tout lentement vers Sulina en espérant que le temps ne passera pas aussi vite que la dernière fois.

IMG_3900

Des pélicans frisés.
Crédit photo:archive personnelle

Les heures passées en ferry-boat passent vite : je suis toujours accaparée par le paysage et par les touristes français que je repère facilement sur le bateau (les dernières années, j’ai été étonnée de voir un si grand nombre des Français dans le Delta du Danube, j’avais même l’impression d’être en France quand, lors d’une soirée sur la falaise de Sulina, je n’ai entendu parler que français !!! Comme j’étais contente…).

Petite info: les Roumains sont des plus accueillants, sociables et souriants ! Les habitants des villages que le bateau traverse font vous faire  » coucou », vont vous sourire, les gens qui passent à grande vitesse sur le Danube vont vous saluer également et même les gens qui pêchent sur les quais du Danube.

Plus le chemin est long, plus le désir d’arriver à port et de découvrir le lieu est grand. En fait, il n’y a pas de mots pour décrire le sentiment que j’ai dès que je vois le phare de Sulina. Quand j’y allais avec mes amies, nous étions les premières à descendre du bateau, et nous courions aussi vite que nous le pouvions pour arriver dans le camp.

Mes plus forts amitiés ont commecé à Sulina. Crédit photo: archive personnelle

Mes plus forts amitiés ont commecé à Sulina.
Crédit photo: archive personnelle

Nous jetions nos sacs à dos et nous courions jusqu’à la plage pour plonger dans l’eau, car cela faisait si longtemps que nous en rêvions. Bien entendu, c’était nous qui avions à installer les tentes dans la soirée, mais vive les lampes frontales ;))

Comme cette ville me manque ! Veuillez lui passer le bonjour de ma part, l’été prochain…

IMG_4722

Le dernier jour à Sulina…A l’année prochaine!
Crédit photo: archive personnelle

Sulina, hors des santiers battus I : Visiter Sulina c’est toucher le plus à l’est point de la Roumanie!


Source: Archive personelle

Bienvenue à Sulina!
Crédit photo: Archive personelle

Si j’ai décidé aujourd’hui de vous présenter et de vous inciter à visiter Sulina lors de vos prochains vacances, c’est parce que c’est un lieu que je tiens vraiment à coeur. Je partage avec vous mon petit coin de paradis où j’ai lié les plus fortes amitiés lors de mes camps d’écologie, où je traversait à pied deux kilomètres de steppe  pour arriver à la plage sauvage et à la Mer Noire. Je n’oublierai jamais  le soleil qui faisait brunir mes pieds en allant vers la plage, quand je passait à coté du cimetière marin le jour, puis la nuit, et que je saluais les capitaines…

Source: Archive personelle

Le réveil du soleil, Sulina 2012
Crédit photo: Archive personelle

Visiter Sulina c’est toucher le plus à l’est point de la Roumanie!

Vous serez les premiers à regarder le lever du soleil sur la plage… 

La Dobroudja, Dobrogea en roumain, représente une région de la Roumanie. C’est ici qu’on trouve les plus vieilles montagnes du monde, le massif  Măcin (467m) qui veille sur la plus jeune terre d’Europe: le Delta du Danube, un territoire en mouvement, le rendez-vous des oiseaux migrateurs d’Eurasie, un vieux carrefour de civilisations. En outre, Dobroudja est une des premières terres chrétiennes d’Europe.

Le littoral offre environ 60 km de côtes aux places de sable fin, des plages un peu trop fréquentées (Mamaia, Costinesti), des nuits très animées en haute saison, car les roumains sont friands de musique, adorent danser et passer la nuit dans les clubs du littoral. Certaines stations balnéaires sont aussi des stations thermales, grâce aux eaux et boues des lacs côtiers.

Au nord de Dobroudja se trouve le joyau de la région: le Delta du Danube. 

Son environnement remarquable, ses canaux,ses villages de pêcheurs isolés, sa faune riche et unique,ses traditions extrêmement bien préservés, cette impressionnante création de la nature qui continue, à ce jour, de prendre forme et de foisonner, est encore peu visitée et peu connue par les touristes étrangers.

Allons donc à la découverte de la Réserve de la Biosphère du Delta du Danube! 580 000 hectares couvrent le delta le plus important d’Europe après celui de Volga! C’est ici qu’après 2 857 km de voyage à travers l’Europe, le Danube termine son voyage, ses créations, et se jette avec satisfactions dans la Mer Noire.

En fait, les paysages époustouflants, extérieurement bien préservés , riches d’une flore et d’une faune si extraordinaires, si incomparables, que nul n’ouvrira jamais les bras assez pour parvenir à les décrire. C’est à vous de les découvrir et de voir comment des êtres humaines sont capables de vivre en relation très étroite avec la nature… Le Delta du Danube est un habitat humain unique et riche qui mérite d’être promu, connu et reconnu!

C’est pour cette raison que j’ai décidé partager avec vous mes expériences, de vous donner un avant-goût. Car la vraie Roumanie est bien loin des clichés que l’on peut entendre chaque jour! Mais libre à vous de juger si j’ai raison ou pas… d’ici là, à bientôt pour un prochain voyage, dans un prochain article!